Blog Cloudwatt

Le Cloud, un générateur d’opportunités

La plupart des technologies ne sont pas vraiment des “outils”, comme beaucoup de gens les appellent, elles sont des “générateurs d’opportunités”. Prenons Internet par exemple : Internet ne fait rien par lui-même, c’est ce qui est relié à lui qui le rend puissant. De la même façon, le cloud computing est vraiment un facilitateur: il n’a pas de valeur en soi, c’est ce que vous en faites qui le rend précieux. En d’autre terme, ce n’est pas l’outil qui importe, c’est la façon dont vous l’utilisez.

Les formats de déploiement du cloud

Le cloud computing, qui se réfère à la technologie utilisant des serveurs distants qui stockent des données de manière élastique et à la demande et permettent aux utilisateurs d’accéder aux informations de n’importe où, peut prendre différents formats de déploiement.

La plupart d’entre nous, en tant que particulier, ont commencé à consommer du cloud public, presque sans nous en rendre compte, en stockant des documents à distance et en utilisant des services comme Gmail pour la messagerie ou comme icloud pour partager des photos. Nous n’avons pas le sentiment de consommer des machines serveurs et des baies de disques, toutefois c’est bien ce que nous faisons tous les jours. Son utilité dans le monde professionnel est aussi avérée avec des services divers de mises à disposition de ressources informatiques (par exemple, certains des services SMS ou de voix sur IP des opérateurs sont basés sur le cloud public).

Le cloud privé est apparu lorsque les entreprises ont voulu fournir à leurs employés un accès sécurisé aux dossiers de l’entreprise à partir de n’importe quel appareil et de n’importe où. Comme c’est privé, le public n’y a pas accès et la sécurité est plus facile à activer. Mais cela reste des ressources informatiques que l’entreprise doit acquérir en propre, qui pèsent lourd dans ses bilans et nécessitent un temps de déploiement certain.

Dès lors, un nouveau modèle de déploiement émerge : le cloud privé virtuel hébergé dans un cloud public. Cette solution répond à la fois aux demandes croissantes de sécurisation des entreprises et à leurs volontés de réduire leurs couts de fonctionnement tout en conservant un espace privatif pour leurs propres besoins.

Toutes ces formes de cloud sont en croissance et prospèrent rapidement dans tous les pays du monde, qu’ils soient matures ou émergeants (notons que la France est singulièrement en retard dans cette révolution : frilosité de nos élites ? peur du changement ? méconnaissance de l’offre souveraine ? ceci est une autre histoire).

Le cloud, un grand générateur de services

Mis à part la collecte de données, le cloud permet de nombreux services technologiques qui aident les entreprises à croître et à économiser de l’argent. Par exemple, un grand fournisseur américain de cosmétiques a récemment déplacé 500 de ses applications informatiques dans un cloud privé sécurisé. En faisant cela, ses dirigeants ont sauvé 70 millions de dollars en deux ans. Parce que ces applications étaient maintenant toutes dans le cloud, ils étaient capables de distribuer et mettre à jour leurs applications beaucoup mieux et beaucoup plus vite qu’ils ne le pouvaient auparavant.

Mais ce n’est pas seulement les grandes entreprises qui profitent du cloud. Les petites et moyennes entreprises ont été en mesure d’accéder à des logiciels de niveau professionnel grâce au SaaS. Cela signifie qu’elles accèdent à des logiciels en fonction de leurs besoins sans devoir réellement les acheter, les mettre à jour ou les maintenir.

L’infrastructure en tant que service (IaaS) est un grand exemple de “générateurs d’opportunités”: en mettant à disposition des ressources informatiques de type serveurs, stockage et réseaux, il facilite la vélocité des entreprises qui trouvent de l’énergie numérique à la demande, selon leurs besoins, en accompagnement de leur croissance. Ainsi ces entreprises peuvent se focaliser sur leurs cœurs de métier et de compétences et se soucier beaucoup moins de l’administration de leur environnement de développement et d’opération. Il est maintenant aussi facile d’allumer un serveur que l’électricité d’une salle, de disposer de large volume de stockage que d’eau pour un bain ou de configurer des capacités réseaux qu’accéder au téléphone.

Le passage de la propriété des infrastructures informatiques aux dépenses en services est un énorme changement de paradigme pour les cadres dirigeants. C’est la location versus l’achat qui permet d’économiser beaucoup de temps et d’argent aux entreprises et par la même, c’est la notion de propriété, si chère au français, qui est remise en question.

Le cloud, acteur de révolution

Le cloud va continuer à être un outil puissant de transformation de nos vies et entreprises et bientôt devenir une commodité. Pensez à lui en tant que la révolution sociale, mobile et virtuelle (mais bien réelle) qu’il offre, aux cas d’usages qu’il permet, aux innovations qui vont émerger.

Alors, où en êtes-vous dans cette révolution ? L’avez-vous rejoint ? Avez-vous vu l’avenir et enclencher les actions nécessaires ?

La révolution du cloud est là. Ne vous laissez pas distancer.

Cet article a été publié initialement dans LinkedIN Pulse le 24/03/2015