Blog Cloudwatt

First day of tomorrow à la Cité des Sciences

Le First Day Of Tomorrow (FDOT) qui s’est tenu à la Cité des Sciences vendredi 18 Avril 2014 ressemble à une conférence TED couplée à un forum de start-ups, finalistes d’une compétition internationale et venues pitcher leurs produits devant un jury d’experts.

Cloudwatt était présent au FDOT, où la science et l’ingénierie embrassent l’entrepreneuriat.

La promesse est de nous faire découvrir des projets à différents stades entre la recherche et la commercialisation. Au programme : Biohacking, objets connectés, robotique, impression 3D ou encore Smart Cities. L’hôte, Joël de Rosnay, futurologue de premier plan ouvre la cérémonie avec une prévision qui semble être partagée par tous les speakers : « les gens changeront notre société grâce aux technologies ». Petite sélection des conférences, photos à l’appui. Le format est le même pour toutes : une dizaine de minutes maximum avec 5-6 charts présentant le concept, le business model, l’équipe et l’étape du développement ou éclosion à laquelle est la société.

Tour d’horizon des avancées de la robotique (Speaker : Marc Versace, Boston University)

« Si les aliens pouvaient voir les vidéos diffusées sur Youtube, ils penseraient que la Terre est habitée par des robots ». Le constat de Marc Versace est juste et amène à se poser la question suivante : comment faire sortir les robots de l’expérimentation et engager leur diffusion massive ? La démocratisation des robots nécessite 3 éléments clés qui seront bientôt réunis : « smart mind » (Algorithme versatile, auto-apprenant, reproduisant les connexions neuronales humaines), « powerful brain » (puissance de calcul distribuée, à faible consommation d’énergie, connectée), « inexpensive body » (structure légère, résistante, tout-terrain).

Alt text

La viande à faire pousser chez soi (Speaker : Mark Post, Maastricht University)

Le constat de Mark Post est inquiétant. La fabrication de viande occupe les 2/3 des surfaces cultivables de la planète et représente environ 10% de l’eau et de l’énergie consommés. Avec une croissance du nombre d’humains de 7 milliards à 9 milliards dans les 10 prochaines années, la balance ne peut plus être équilibrée entre ce qui est produit et ce qui va être demandé. La voie de devenir tous végétariens semble utopiste. Comment faire ? La viande de synthèse est une solution originale à explorer. Le fait central a été la découverte d’une grande présence de cellules souches au sein des muscles (pour leur permettre de grossir, de réparer des blessures …). Les actions testées en laboratoire ont suivi : prélever les cellules-souches présentes à l’intérieur des muscles du boeuf par exemple, étirer ces cellules, leur donner les nutriments pour leur permettre de se développer. Et le résultat a été à la hauteur avec la fabrication des premiers steaks. Et les tests ont démontré leur saveur. Mark va plus loin avec la promesse de faire pousser nous même notre viande (dans un viandier ?). Vous voulez encore plus fou ? Il sera possible de panacher les cellules-souches pour obtenir du boeuf-poule, du zébu-girafe ou du cheval-porc

Alt text

Le pouvoir du Big Data (Speaker : Jean-Louis Constanza, CRITEO)

« Big Data is really BIG » nous explique le CEO de CRITEO. Sa puissance est telle qu’il est aujourd’hui possible d’adresser la bonne publicité à la bonne personne en 6 millisecondes, et ce, 300.000 fois par seconde, partout dans le monde. Le machine learning et la Big Data nous permettent à présent de prévoir les décisions d’achat en ligne et nous libère de l’analyse pour nous concentrer sur la créativité.

L’imprimante 3D au service de la chirurgie (Speaker : Tim Gardner, Riffyn)

C’est un dentiste qui se présente devant nous pour nous parler impression 3D et data ! Tim Gardner nous explique qu’il se sert d’une imprimante 3D pour fabriquer des prothèses dentaires. Mais la partie la plus impressionnante de son exposé provient d’un exemple d’utilisation de l’impression 3D en chirurgie réparatrice pour remplacer les os manquant et redonner forme à un visage à moitié détruit par une tumeur. La révolution industrielle de l’ingénierie génétique ne s’arrête pas là. Bientôt le bras artificiel de Luke Skywalker ne sera plus un fantasme…

Alt text

Modéliser et contrôler sa production de tonnes de carbone (Pitch : Carbon Analytics)

C’est de manière notable, une des seules start-up présente dans le domaine du GreenTech. Gros impact que cette présentation qui explique qu’en mettant quelques capteurs d’information à des endroits clés, il est possible de modéliser la production de CO2 et de mieux comprendre la manière d’agir sur son empreinte carbone. L’approche de Carbon Analytics (http://www.co2analytics.com) représentée par Michael Thornton permet de mettre en commun sa démarche et de benchmarker ses efforts et surtout ses résultats avec d’autres entreprises. Mais on peut aussi intégrer verticalement toute la chaine de production et connaître la totalité de l’empreinte. Par exemple le choix de pièces détachées sous un sous-traitant a un impact sur l’empreinte carbone de la voiture, et pas seulement la partie fabriquée chez le constructeur.

Alt text

A Chacun son e-learning (Pitch : Fractal Up)

Oh le joli sujet que voilà ! 900 millions de cours en ligne par mois. Explosion générale à la surface de la planète que ces équivalents de cours à distance mais avec les plus grandes universités ou pédagogues au monde accessibles pour tous. Un problème souligné par Marcos Vergas (http://fractalup.com) : tout le monde n’apprend pas de la même manière. 4 grandes voies qui sont la combinaison de l’écrit et de l’image. C’est au coeur de ce que fait FractalUp, identifier ce pattern d’apprentissage (en plus des zones d’intérêt) et proposer une démarche appropriée à chacun. Marché énorme. Tant en BtoB qu’en BtoC ou BtoBtoC.

Alt text

L’avènement du fan sportif 3.0 (Pitch : Playfull Vision)

Si vous vous poser la question : comment va être le fan 3.0 dans le domaine sportif ? Il est possible que Playfull Vision vous apporte un élément de réponse. La société (http://www.playfulvision.com) a développé un système de reconnaissance visuelle qui permet d’identifier tous les joueurs en temps réel et donc d’apporter toutes les statistiques qu’un téléspectateur ou spectateur avec des Google Glass peut rêver. Poussez la balle un peu plus loin et c’est l’ensemble des paramètres physiologiques qui seront peut-être accessibles au travers d’un simple objet connecté comme un bracelet. J’avais été impressionné il y a 4 ans de voir lors d’un tournoi de poker l’affichage des rythmes cardiaques des joueurs autour de la table. La montée à 180 pulsations par minute avec une “poker face” parfaite était incroyable.

Alt text

Crédits

Photo header: First Day Of Tomorrow

Photos : Pierre Paperon et Vincent Birukoff